Questions à Ryan Meinerding, Artiste chez Marvel Studios

Ryan Meinerding est un artiste talentueux qui officie chez Marvel Studios depuis le premier film Iron Man. Il a depuis supervisé la direction artistique d’Iron Man 2, de Captain America: First Avenger, Thoret Avengers. Il avait auparavant débuté dans le monde du jeu vidéo et travaillé sur l’adaptation de Watchmen. Nous l’avons rencontré à Paris, à l’occasion de l’exposition de ses œuvres à la galerie Arludik, qui se tient du 15 mars au 14 avril 2012. Il faut savoir que les Studios Marvel appartiennent à Disney et que dons les films Marvel sont aussi des Films Disney.

Ryan Meinerding artistes des films Marvel et Disney

Qu’est-ce que ça fait de voir son travail exposé dans une galerie d’art au cœur de Paris ?

(Rires) Je me sens incroyablement chanceux d’avoir fait partie de cette fabuleuse aventure chez Marvel Studios depuis Iron Man, et d’avoir l’opportunité de voir mon travail sous la lumière dans une galerie c’est vraiment génial.

Quels ont été les principaux défis dans le processus de transposer des héros de papier sur le grand écran ?

Notre challenge a été d’ajouter aux dessins assez simples des comics books plusieurs degrés de réalisme. On effectue des recherches dans les versions des costumes qui iraient avec la vision du réalisateur, et dès qu’un acteur a été choisi on s’adapte à son physique et à sa morphologie. On dessine presque sur son corps, pas littéralement bien sûr (rires).

Le costume de Captain America

Comment avez-vous aborder le côté kitsch du costume de Captain America par exemple ?

C’est vrai qu’il y a un élément de kitsch comme vous dites sur le costume de Cap tel qu’on le voit dans les comics, mais pour moi le script du film a fait la majeure partie du boulot en expliquant d’où venait l’accoutrement et son évolution sur le terrain. On a essayé de donner au costume un côté pratique pour le soldat qu’est le héros, avec ces multiples poches en cuir et le casque. Mon costume préféré de ce film est sans doute celui avec la veste en cuir, qui se déchire après les combats et qui révèle les couleurs plus flashy de la combinaison patriotique en dessous.

Votre style est plutôt réaliste, comment avez-vous aborder l’univers plus fantastique de Thor ?

Avec quelques difficultés (rires). Charlie Wen, mon collaborateur, a fait un super job sur ce film. Il a pris pour inspiration les dessins originaux de Kirby et a cherché à ajouter des détails réalistes et des références à la mythologie nordiques, tout en les modernisant. Pour moi, j’ai approché les personnages plus comme des guerriers que des dieux et cela s’en ressent dans leurs armures.

Vous avez travaillé avec plusieurs réalisateurs, de Jon Favreau (Iron Man) à Kenneth Brannagh (Thor) en passant par Joe Johnston (Captain America: First Avenger). Est-ce que leurs différentes personnalités ont affectés votre travail ?

Ce qui est génial chez Marvel Studios, c’est que l’équipe créative a l’opportunité de travailler directement avec le réalisateur et les producteurs. Avec Joe Johston par exemple, quand il n’aimait pas ce qu’il voyait, il s’asseyait avec nous et commençait à dessiner pour nous montrer sa vision. Notre job est de les aider à réaliser leurs films et à rendre leur travail le plus facile et le plus fidèle à leur vision possible. Habituellement chez les autres studios, il faut passer par deux ou trois intermédiaires pour faire valider nos dessins aux réalisateurs, chez Marvel je peux aller voir le cinéaste directement pour une question. Ils ont tous été fantastiques et ouverts.

Lorsque vous avez commencé sur Iron Man, aviez-vous déjà le film Avengers en tête et avez-vous du, par conséquence, faire attention à une certaine continuité dans le style de vos travaux sur les différents films ?

C’est surtout Kevin Feige (le président de Marvel Studios, ndlr)  qui avait ce chantier gigantesque en tête dès le début et qui a relancé le Marvel Cinematic Universe. Pour nous les artistes, il était surtout question de faire le meilleur film possible à chaque fois, de respecter le personnage et son univers autant qu’on le pouvait. Mais grâce à l’implication de Kevin dans les décisions artistiques de chaque film, les univers aussi différents soient-ils, parviennent à se mêler sans soucis pour les Avengers.